La pasta par Quanto Basta

Quanto Basta c’est l’histoire de deux Italiens qui ont trouvé dans la capitale bretonne leur ville d’adoption. C’est aussi l’histoire d’un savoir faire familial aux portes de l’oubli. Mais c’est surtout l’histoire d’un grand rouleau en bois qui va changer le cours d’une vie. 

De l’eau, de la farine, des oeufs et quanto basta ! C’est tout !

Maddalena et Giacomo étaient respectivement graphiste et pépiniériste en Italie. Mais à cause de la crise économique, ils ont dû quitter leur pays pour la Belgique, puis la France. A force d’errance et au gré des opportunités professionnelles, ils se sont retrouvés à Rennes. Une terre qui ressemble à leur Italie du Nord. Petit, Giacomo se régalait de pizzoccheri, des pâtes au sarrasin, et Maddalena, de garganelli, des pâtes au blé tendre et aux œufs.

Les pâtes sèchent avant d’être emballées et vendues sur les marchés.

La révélation

L’idée germe dans leurs têtes de créer un projet à deux, proche de la nature, mais les contours restent vagues. C’est lors d’un séjour familial que Maddalena découvre un grand rouleau en bois dans la cuisine maternelle. Intriguée par cet objet elle interroge son entourage. Ce rouleau servait à sa grand mère pour fabriquer des pâtes artisanales. C’est la révélation. « C’est comme si cet objet me disait ce qu’il fallait faire, on a décidé de fabriquer des pâtes artisanales afin de perpétuer le savoir faire familial », explique-t-elle encore émue. 

Ils sont aidés d’une machine pour certaines pâtes, comme les tagliatelles et les fusilli.

L’appel de la nature

Leur aventure entrepreneuriale les conduit à Vignoc, près de Rennes, où un maraîcher et une boulangère sont déjà installés. Les légumes à portée de main, la farine, tout est réunis pour lancer leur projet. « On voulait cultiver nos céréales à l’origine, pour maîtriser tout de A à Z, mais c’est compliqué d’obtenir des terres, donc pour l’instant nous concentrons nos efforts sur la fabrication de pâtes artisanales, la vente de plats maison sur les marchés rennais et les cours de cuisine », concède Madda. « Nous avons tout ce qu’il faut ici pour nos pâtes : de l’eau, de la farine, des œufs de plein air, quanto basta ! », souligne Giacomo. Quanto Basta, c’est “juste ce qu’il faut”, la juste mesure, la quantité suffisante, ni plus, ni moins. Juste ce qu’il faut pour vivre.

Madda entasse les plateaux de pâtes pour les faire sécher.

A la ferme des Biotaupes, là où ils sont installés depuis mars 2019, ils partagent leurs locaux avec les Cru’c. Un endroit convivial où les enfants des uns et des autres jouent dans la cour et où tous partagent l’envie du bien-manger et la préservation de l’environnement.

Retrouvez toutes les infos sur leurs produits, le menu et les cours de cuisine : ici.

Madda et Giacomo dans leur laboratoire, à Vignoc.
Madda et Giacomo dans leur laboratoire, à Vignoc.